Le projet F3 vise à rapprocher les enseignants et élèves des écoles secondaires et notamment les filles, de la physique de pointe, et de renforcer leur esprit critique afin de devenir des citoyens actifs et informés. Dans une société qui remet de plus en plus en question le rôle et la légitimité de la science, où l’information semble être à la portée de tous mais où il devient difficile de trier entre la fiabilité de données scientifiques et la manipulation médiatique, le rôle et le devoir des scientifiques est de s’ouvrir au grand public et de s’engager sur le terrain.

Le projet se déroule en 3 phases, sur l’ensemble de l’année scolaire 2021 / 2022 :

Phase 1 – intervention pour toute la classe

Objectif : Utiliser la recherche de pointe dans le domaine de la physique de l’Univers (astroparticules, ondes gravitationnelles, cosmologie) comme outil pour stimuler la curiosité et la motivation des élèves du secondaire. En leur faisant expérimenter au premier rang la méthode scientifique, par l’apprentissage actif, et en les sensibilisant à une analyse critique de la réalité qui les entoure, le projet vise à en faire des protagonistes de la construction de la “société européenne de la connaissance" préconisée par la Commission Européenne.

Format :
L’équipe PCCP se rend dans l’école identifiée pour une intervention d’environ 3 heures. Dans cette phase, tous les élèves (garçons et filles) sont impliqués. L’atelier se déroule sous la forme d’un séminaire d’introduction, suivi par des ateliers pratiques menés par les élèves et une restitution finale.
Pendant cette phase, 3 filles de chaque classe seront identifiées en collaboration avec l’enseignant pour participer aux deux phases suivantes. L’un des objectifs du projet étant d’utiliser la science de pointe pour motiver les élèves en risque de décrochage, le choix sera fait selon des critères allant au-delà du simple rendement scolaire.

Phase 2 – stages de recherche au laboratoire pour 3 filles de la classe

Objectif : Donner un rôle actif et central aux filles dans la recherche scientifique. Le projet va leur fournir des figures de référence (mentors) avec les chercheuses du laboratoire APC ainsi que les immerger dans le travail quotidien de la recherche. De cette façon, le projet vise à accroître l’intérêt des filles vers une carrière dans les filières scientifiques. De plus, les actions menées aideront également les participantes ainsi que leurs collègues hommes à démonter certains stéréotypes de genre liés à les sciences.

Format :

  • stage de 10h (5 séances de 2h)
  • calendrier convenu avec les écoles
  • en petits groupes interscolaires pour permettre aux participantes d’interagir avec leurs pairs provenant de milieux régionaux différents
  • une chercheuse du laboratoire comme mentor pour chaque groupe
  • des expériences sur la physique de l’Univers qui reproduisent le travail quotidien des chercheurs du laboratoire. Le travail s’appuiera sur les instruments scientifiques présents dans l’Outreach Centre (télescope optique, interféromètre de Michelson, chambre à brouillard et autres), sur l’analyse de données réelles de certaines expériences de pointe comme le détecteur d’ondes gravitationnelles Virgo, et sur l’ensemble des outils pédagogiques en ligne développés par le projet européen FRONTIERS*.
  • un rapport final par groupe similaire à un article scientifique dans lequel il devra illustrer le contexte de sa recherche, les outils et méthodologies utilisés et présenter ses conclusions en les justifiant scientifiquement.

En mai 2022 : restitution

Format :

  • événement organisé au laboratoire APC (possible sur plusieurs jours)>
  • présentation des rapports finaux de tous les groupes impliqués sous forme de véritable conférence scientifique : présentations orales et discussion des résultats
  • en présence du reste des classes d’origine et des parents des intervenantes
  • clôturé par une table ronde de réflexion et bilan sur le déroulement et les résultats du projet (nourrie également de questionnaires d’évaluation aux élèves et aux enseignants)

Le projet F3 est soutenu par la Région Ile-de-France dans le cadre de l’appel à projet « Science pour tous ».